Atteindre l'excellence - robert greene

Atteindre l’excellence – Robert Greene – Partie 2 – Se soumettre à la réalité

   

 Cliquez ici pour voir la vidéo sur Youtube

 Robert Greene – Atteindre l’excellence

 

II- SE SOUMETTRE A LA RÉALITÉ: L’APPRENTISSAGE IDÉAL –

 

Les secrets de la maîtrise

 

Dans la vie des grands maîtres d’hier et d’aujourd’hui, on détecte une phase pendant laquelle leurs futurs pouvoirs se développent d’un coup. Cette période de leur vie, consacrée essentiellement à un apprentissage autodidacte, dure de cinq à dix ans et ne retient guère l’attention des biographes, car elle ne comporte ni grandes réalisations, ni découvertes. Au cours de cette phase, les grands maitres ne se distinguent guère de leurs contemporains. Intérieurement en revanche, leur esprit se transforme de façon discrète: il contient en germe tous leurs succès futurs.

La façon dont les maîtres vivent cette phase dépend du fait qu’ils discernent intuitivement ce qui est vital pour leur développement. En observant la façon dont ils s’y sont pris, on peut tirer des leçons précieuses pour soi-même. L’étude attentive de leur vie révèle un schéma répétitif qui transcende les différents domaines et définit une sorte d’apprentissage idéal pour parvenir à la maîtrise. Pour comprendre ces schémas et les suivre à notre façon, nous devons assimiler le concept d’apprentissage et son importance.

Le principe est simple et doit se graver dans notre esprit: le but de l’apprentissage n’est pas l’argent, une situation stable, un titre ou un diplôme, mais la transformation de l’esprit et du caractère; c’est la première métamorphose sur le chemin de la maîtrise.

Une évidence s’impose: il faut choisir les postes et les situations offrant les meilleurs possibilités d’apprentissage. La connaissance pratique est un atout suprême qui permet de toucher des dividendes pour les décennies à venir. C’est beaucoup plus important qu’un poste trompeusement lucratif qui ne présente que de faibles opportunités d’apprentissage. On doit relever des défis qui permettent de s’améliorer et de s’endurcir le cuir en jugeant objectivement ce que l’on fait et en quoi on progresse. Il ne faut jamais choisir un apprentissage facile et confortable.

En d’autres termes, on est seul au monde, embarqué pour une traversée dont dépend notre avenir. C’est le temps de la jeunesse et de l’aventure, de l’exploration du monde, de l’ouverture d’esprit. Chaque fois que l’on aborde en cours de carrière une phase d’apprentissage, on doit retrouver un côté juvénile et aventureux.

Les trois étapes de le phase d’apprentissage

Nous venons de voir le principe qui doit guide nos choix:; réfléchissons à présent aux trois étapes essentielles de l’apprentissage:

1) L’observation (mode passif)

En premier lieu, apprenez à tout connaître de votre milieu, vous pourrez vous y mouvoir avec aisance et éviter de coûteuses erreurs. Tel le chasseur, familiarisez vous avec tous les détails de la forêt et de l’écosystème dans son ensemble, cela vous ouvrira davantage d’options en vue de votre survie et de votre succès. En second lieu, la capacité à observer un milieu qui ne vous est pas familier vous servira énormément toute votre vie. Vous prendrez l’habitude de faire taire votre égo et de poser votre regard sur l’autre et non sur votre nombril. A chaque nouvelle rencontre, vous noterez que la plupart des gens passent à coté de beaucoup de choses parce qu’ils ne pensent qu’à eux-mêmes. Vous serez attentif à la psychologie humaine, et renforcerez votre capacité de concentration. En dernier lieu, vous prendrez l’habitude d’observer d’abord, de fonder vos idées et vos théories sur ce que vous avez sous les yeux, puis d’analyser ce que vous avez découvert. Ce sera un atout décisif pour l’étape suivante de votre vie: la phase créative.

2) L’acquisition de connaissances (mode pratique)

La pratique et le développement de toute compétence vous transforment tout entier. Vous vous découvrez de nouvelles capacités naguère latentes, qui se révèlent au fur et à mesure que vous progressez. Vous vous épanouissez sur le plan affectif. Vous découvrez une nouvelle dimension au plaisir. Ce qui apporte une gratification immédiate apparaît comme une distraction, un divertissement creux qui n’aide qu’à passer le temps. Le vrai plaisir est lié au fait de relever des défis, d’avoir confiance dans vos capacités, d’acquérir l’aisance dans de multitudes compétences et de faire l’expérience du pouvoir que cela confère. Vous devenez patient. L’austérité ne déclenche pas un besoin de distraction, mais plutôt un besoin de relever de nouveaux défis.

Le temps nécessaire à l’acquisition d’une véritable maîtrise a beau dépendre du domaine envisagé et du talent de chacun, il se situe, autour de 10 000 heures. A ce stade, l’esprit a appris à organiser et structurer de grandes quantités d’informations. Le chiffre de 10 000 heures est certes élevé, mais il correspond en général à sept / dix ans de pratique soutenue. Bref, le fait de se concentrer sur un exercice ne peut que produire des résultats à terme.

 

3) L’expérimentation (mode actif)

La plupart des gens attendent trop longtemps pour faire ce pas, en général parce qu’ils ont peur. Il est toujours plus facile d’apprendre les règles et de rester sur son terrain de prédilection. Souvent, il faut se forcer un peu pour oser certains actes et certaines expérimentations si l’on n’est pas certain d’être prêt. Testez votre caractère, dépassez vos peurs et prenez du recul pour juger votre travail: voyez le à travers les yeux des autres. Cela vous donnera un avant goût de la phase suivante, au cours de laquelle vos actions seront jugées en permanence. Votre apprentissage est achevé quand vous ressentez que vous n’avez plus rien à apprendre dans ce milieu. Il est alors temps de déclarer votre indépendance et de changer de crémerie pour continuer votre apprentissage et étendre le champ de vos compétences. Plus tard dans la vie, quand vous serez confronté à un changement de carrière ou au besoin d’acquérir de nouvelles connaissance, vous le ferez avec aisance, car cela sera devenu pour vous une seconde nature. Vous aurez appris à apprendre.

D’une façon générale, quelque soit votre domaine d’activité, vous devez vous considérez comme un bâtisseur utilisant des matériaux ou des idées. Vous produisez dans votre métier quelque chose de tangible qui affecte les personnes de façon directe et concrète. Pour construire quelque chose de nouveau, vous devez en comprendre le processus de construction et posséder les compétences correspondantes. Vous êtes un artisan qui s’efforce d’atteindre le plus haut niveau de qualité. Pour ces raisons, vous devez vous soumettre à un apprentissage poussé. Vous ne pourrez rien faire de valable sur terre si vous ne vous êtes pas d’abord développé et transformé vous-même.

 

Les stratégies pour suivre l’apprentissage idéal

Gagnez moins pour apprendre plus

Selon une loi simple de la psychologie humaine, vos pensées tendent à se tourner vers ce à quoi vous attachez le plus d’importance. Si c’est l’argent, vous choisissez l’apprentissage le mieux payé. Forcément ce genre de place comporte des contraintes car il faut mériter sa paie, souvent avant d’être vraiment prêt. Vous vous concentrez sur vous-même, sur vos doutes, sur le besoin de plaire et de vous faire remarquer par les bonnes personnes et non sur l’acquisition de compétences. Comme il serait fatal de commettre des erreurs et d’en tirer les conséquences, vous vous montrez prudent, voire timoré. Avec le temps, vous vous habituez à être bien payé et c’est en fonction de cette priorité que vous décidez où aller, que penser et faire. Au bout du compte, le temps que vous n’avez pas consacré à l’apprentissage de connaissances vous rattrape et le réveil est douloureux.

 

En fait, il faut que vous accordiez à la qualité de l’apprentissage une priorité absolue. C’est cela qui conduit à faire les bons choix. Il vous faut donc opter pour la situation qui offre le plus de possibilités de formation, et notamment de travail sur le terrain. Choisissez un poste où il y a des collègues et des mentors capables de servir d’exemple et de transmettre leur savoir. Un travail médiocrement payé offre l’avantage annexe de vous habituer à vous en sortir avec pas grand chose. Si vous faites votre apprentissage surtout pendant votre temps libre, choisissez un poste qui vous permette de survivre, éventuellement en améliorant votre agilité mentale, mais aussi qui vous laisse le temps et l’espace mental pour accomplir votre propre travail.

 

  Vous avez aimé l'article? Inscrivez vous ci-dessous pour aller encore plus loin et recevoir de nombreux conseils et vidéos exclusifs.
auk1