Dessiner c'est gagner

Dessiner, c’est gagner

   

Entreprendre n’est pas simple.
Bien au contraire.
Cela serait un mythe et un pur mensonge que de dire ça.

Tout entrepreneur vous le dira, il y a un gap (parfois énorme) entre ce que l’on avait planifié et ce que l’on fait concrètement au jour le jour.

Généralement, lorsque l’on débute :

On travaille beaucoup souvent sans rémunération immédiate.
On prend des risques financiers (certes calculés, mais des risques qu’en même)
On n’a pas d’avantages, pas de RTT, ni de comité d’entreprise
Et parfois pas de plan B…

Il y a des moments heureusement incroyables mais également des moments difficiles…parfois très difficiles.

Certains jours, on se pose la question :
« Mais qu’est ce que je fais ?…. J’aurais mieux fait d’accepter un poste bien rémunéré avec cinq ou six semaines de vacances par an, des RTT, un bon CE, des avantages, un treizième mois (voir un quatorzième mois)… etc»

Qu’un entrepreneur qui n’a jamais ressenti ça, me jette la première pierre !

Ce n’est pas facile, reconnaissons-le.
Surtout lorsque l’on a le moral au plus bas après subi un échec dans son parcours d’entrepreneur.

Pourtant même si c’est difficile, même si l’on serait bien plus au chaud dans un poste en CDI, une force étrange, nous poussent, nous entrepreneurs, à continuer, à aller de l’avant et à persister dans notre démarche.

C’est certainement la folie qui caractéristique tous les entrepreneurs.
Nous nous lançons, nous donnons le meilleur sur notre projet sans pour autant être sûrs que cela va marcher.

Dernièrement, ma sœur m’annonça qu’elle venait de décrocher un poste dans une des plus grandes entreprises françaises dans le secteur de l’énergie (vous recevez certainement des factures chez vous de leur part).

Toute heureuse, elle m’annonça qu’elle avait énormément de vacances et des avantages énormes étant salarié chez eux.

J’étais très heureux pour elle.
Vu qu’elle ne souhaite pas être à son compte, c’est certainement le choix le plus judicieux pour elle (pour le moment).

Au fond de moi, je me suis posé cette question :

Aurais-je accepté cette proposition ?

Il est vrai qu’avoir près de 3 mois de vacances cumulés par an peut être très alléchant …Mais je n’aurais certainement pas accepté.

J’aurais l’impression d’aller m’enfermer et de « pourrir » dans les rouages d’une organisation sans avoir de vrai contrôle sur ma vie et sur mon propre destin.

J’aurais eu l’impression de tronquer l’accomplissement de moi-même, mon indépendance, le développement de mes compétences contre une forme de « sécurité » et de « facilité ».

Il est vrai que le chemin de l’entrepreneur n’est pas toujours facile.
Mais nous avons notre destin entre nos mains et c’est nous qui le dessinons.

Comme le disais George Bernard Shaw:

« L’homme raisonnable s’adapte au monde.
L’homme déraisonnable s’obstine à essayer d’adapter le monde à lui-même.
Tout progrès dépend donc de l’homme déraisonnable »

 

Et vous qu’auriez-vous choisi?

  Vous avez aimé l'article? Inscrivez vous ci-dessous pour aller encore plus loin et recevoir de nombreux conseils et vidéos exclusifs.
auk1