Francois Bellanger – Consultant prospective et innovation – Les idées de business

Les business de demain – Francois Bellanger – Consultant prospective et innovation –

   

Les business de demain – Interview de Francois Bellanger

Au cours de cette interview, vous apprendrez quels sont les business de demain et comment seront organisé nos villes:
– Qui est François Bellanger
– Le constat actuel
– « Où se ferra le monde et le business de demain? »

– Les business de demain
– Le changement radical que nous vivons entre riche et pauvre
– Le changement qui s’opère actuellement dans nos modes de vie
– Les révolutions actuelles

–  Ses conseils à destination des créateurs d’entreprises  sur les business de demain qui marcheront


Son site internet: Transit City , les business de demain

 

I : »Bonjour à tous donc on est présence aujourd’hui avec François Bellanger qui est président de Transity. J’ai eu la chance de participer à une de ses conférences sur les business de demain que j’ai trouvé très intéressante donc je vais le laisser se présenter. »

F : »Président, c’est un bien grand mot ! Je suis consultant. Je fais de la prospective et de l’innovation sur les business de demain .Ma structure s’appelle Transity et mon terrain de jeu de réflexion, c’est la ville avec 3 grands secteurs tout ce qui est transport en unités donc mes client s’appellent PSA, Renault, Michelin, Orange des sociétés qui réfléchissent un peu sur comment on va bouger et les business de demain ?  Ça veut dire quoi ? Et ce n’est pas seulement@@@@ les voitures, c’est tous des@@@@distributions, beaucoup d’opérateurs de centres commerciaux, de grandes enseignes de la grande distribution et puis tout ce qui est logement habitable et voilà donc c’est aussi bien de caser les @@@@dépôts de consignation que les gens de la city ou @@@@. Et l’idée, c’est d’essayer de les, moi je travaille beaucoup à l’étranger et je regarde ce qui se passe là bas…sur les business de demain . Je passe beaucoup de temps à l’étranger .C’est d’essayer de voir un petit peu comment ça bouge ailleurs et comment eux à partir de ces expériences-là peuvent repenser autrement. Et parallèlement c’est de faire des missions à l’étranger parce que de plus en plus de boites travaillent au mondial. Et s’essayer d’aller, de réfléchir comment les villes à l’étranger vont bouger. Et qu’est-ce que ça peut vouloir dire ? Et c’est par exemple, donc un exemple très concret : C’est l’année dernière une mission pour Renault sur l’Afrique c’est quoi les villes africaines en 2020- 2030 et ça pourrait devenir quoi éventuellement pour@@@@ ?

I : »D’accord donc par rapport à ce que tu as pu voir à l’étranger qu’elle est ton constat actuel des business de demain? Qu’est ce qui fait défaut à la France ? Qu’est ce qui pourrait arriver plus tard sur les business de demain ?

F : » Ben, le constat actuel des business de demain, il est simple juste qu’on est à la fin d’une histoire parce que aujourd’hui les enjeux économiques, écologiques sont tels que notre modèle, le modèle occidental qu’on nous montre qui a conduit le monde depuis 4 siècles ne va pas être tenable. Aujourd’hui, on est 7 milliards il y a 1 milliard de riches ,2 milliards de gens qui aspirent l’être et puis il y 4 milliards de pauvres. Demain, on sera 9 milliards, il y aura 2 milliards qui aspirent l’être, 2 milliards qui aspirent l’etre et 5 milliards de pauvres. Donc demain de tout manière, on va etre dans un monde où il y aura plus de monde il aura un peu plus de riches, il aura aussi de plus en plus de pauvres et le modèle que les riches vont développer ne pourra pas s’appliquer aux banquiers. Voilà. Donc, est-ce que sur le point écologique et sur le point économique ça ne va pas tenir. Aujourd’hui, on nous parle de pleins de pays qui sont en pleine croissance donc on nous parle de la Chine et on nous parle de l’Inde ce qu’on appelle la classe moyenne indienne .C’est de 200 mille personnes ce qu’on appelle la classe moyenne sur 1 milliard 2 , 1 milliard 3 , ce qu’on appelle la classe moyenne chinoise. C’est 200 à 300 mille personnes donc beaucoup de personnes qui seront au bord de la route et on sait que tous ces gens ne pourront pas tous avoir des voitures, ne pourront pas tous avoir un niveau de vie. Voilà et qu’aujourd’hui, on a un niveau de vie qui n’est pas tenable. Donc le modèle américain  sur lequel tout le monde rêve, il faudrait 5 planètes ,le modèle français sur lequel on vit ,il faudrait 4 planètes .Donc il faut bien comprendre de toute manière qu’aujourd’hui on est sur quelque chose qui ne va pas tenir  pour un certain nombre de raison voilà et qu’il va falloir remettre tout à plat. Et donc c’est facile parce qu’on nous, on vit bien ce milieu-là. On s’inquiète par rapport aux chinois qui nous volent des parts de marché et tout mais c’est marginal par rapport à ce qui nous attend. Donc, moi ce qui m’intéresse c’est d’essayer de réfléchir pour son entreprise en disant c’est quoi les gros enjeux des business de demain? Et ça veut dire quoi pour votre business ? Et c’est tout. Donc après, ce n’est pas un drame c’est jusqu’ il y a des moments dans la vie, il y a eu des périodes dans la vie, il y a eu le moyen- âge, il y a eu la renaissance, il y a eu la révolution industrielle.il y a une période qui s’arrête. Il y en a une autre qui est en train de se dessiner, les business de demain .Le problème c’est qu’aujourd’hui, on est dans une période grise, le modèle industrielle on voit bien qu’il ne peut pas tenir mais le nouveau modèle, on sent bien qu’il est entrain émerger. On est entre les deux voilà. J’essaie très modestement, d’essayer d’accompagner sur certain nombre de thèmes mes clients sur les business de demain.et puis c’est tout, on a surtout pour la France. On a une révolution d’abord on était persuadé que c’était l’occident qui allait monopoliser le monde on s’aperçoit que ça n’est pas aussi simple .On s’aperçoit que le monde@@@@ tourne sans nous . Les business de demain,  il a une relation sud sud et qu’ils n’auront pas forcément besoin de nous .Quand on voit la croissance urbaine demain elle se fait en Chine, en Inde, en Afrique et en Amérique du Sud. Nous, européens, japonais et américains qui ont fait le monde depuis 40 ans c’est peut etre plus là que ça va se faire. Voilà c’est essayer de comprendre tout ça et leur donner des pistes de réflexions sur les business de demain.

I : »d’accord et donc tu parlais des gros enjeux des business de demain quelles sont pour toi ces enjeux des business de demain?

F : »il y a enjeu énergétique. C’est une @@@@pétrole, une énergie pas chère c’est fini .Mais tout bêtement, si vous voulez une énergie pas cher ça veut dire que votre modèle urbain ne tient pas. Par exemple : Si on prend le cas de la France aujourd’hui, on s’est étalée parce qu’on a des voitures, on a des hypermarchés et tout ça. Dès que le litre d’essence passe entre 1 euros 60 et 1,70, pleins d’hypermarchés sont en train de se casser la figure les gens ça coute cher d’aller travailler et on voit que des modèles qui ont fait rêver, ne tiennent plus par contre le modèle américain qui est le modèles de @@@@@de l’hypermarché@@@ est en train de basculer depuis 2008.En 4 ans, il y a un basculement total aux États Unis. Nous en France, on a le modèle américain. On s’est étalé, on a fait les mêmes villas, les mêmes rocades, la même grande distribution. Il y a aujourd’hui, enfin historiquement depuis une cinquantaine d’années les pauvres étaient plutôt en centre-ville, les riches en périphérie. Il y a eu un basculement total depuis 4 ans. Aujourd’hui, quand vous allez dans une banque@@@@aux États- Unis pour acheter une maison. On vous demande de combien vous êtes éloigné de votre travail ? @@@@ Le cout de l’essence c’est quelque chose qui n’était pas imaginable il y a quelques années .Voilà combien ça va vous couter si vous allez vous installer là, le cout de l’essence va augmenter et tout ça. Donc, on voit aujourd’hui qu’on est sur des énergies pas chères et que tout ça ça va changer pleins de choses. Voilà et qu’on va passer d’un modèle américain où il y avait de l’espace et la voiture, a un modèle que moi je qualifie de japonais ou d’asiatique de dense, plus sur la densité de villes compacts, la marche à pieds etc… »

I : »Même aux États Unis ? »

F : »Même aux États-Unis, même aux États-Unis. Aujourd’hui, il n’y a pas un centre commercial périphérique qui s’est monté aux États Unis depuis 2008.Aujourd’hui, ce qui est en fort développement c’est ce qu’il avait été leur point fort pendant la guerre c’est des commande stores. C’est des petits magasins de proximité et aujourd’hui, même Wal-Mart est obligé de se redévelopper sur des commandes markets, des magasins de proximité. Voilà, donc tous les schémas sont en train de basculer il y a eu un modèle américain qui a été : j’ai de l’espace, je vais faire des hypermarchés un peu partout, j’ai des grandes maisons, j’ai des grand frigidaires, j’ai un coffre de voiture, je vais faire mes courses une fois par semaine .C’est le modèle français pas loin d’etre l’européen. Puis, il y a le modèle japonais .ils ont pas beaucoup d’espace. Ils ont des petites cuisines. Ils ont des tout petits frigidaires et ils n’ont pas de voitures. Donc, ils font leurs courses tous les jours et c’est là proximité @@@@ .Et nous en France, on est en train de basculer d’un modèle à l’autre. On va dire Carrefour et maintenant le modèle c’est plutôt Carrefour Market ou Monoprix et c’est ce basculement qui est en train de se faire. Si vous voulez et on voit bien ce qui vaut cher c’est parce que c’est ce qui n’existe pas aux États Unis c’est être @@@@@collectifs.Ca touche tous les pays, en Australie avant le modèle 72 % des australiens vivent en périphérie. Le modèle en Australie, c’était d’avoir une grande villa, une piscine tout ça. Aujourd’hui le prix de l’immobilier c’est plus cher en centre-ville qu’en périphérie parce que les gens savent que c’est une perte de temps, parce que c’est la pollution parce que c’est surtout le cout de l’essence et donc on est en train de changer même si c’est encore un modèle qui fait rêver dans les pays africains, le chinois qui réussit, il veut une villa ,une belle voiture et tout mais on sait que ce modèle-là . »

I : »C’est pas tenable »

F : »Ce n’est pas tenable et ça va toujours toucher une minorité et les industriels savent, veulent et visent cette clientèle moi je pense que soit on vise ce milieu riche soit on s’intéresse aux milliards qui restent et qui sont au bord de la route et les business qui sont en train de se faire et puis on voit bien que les indiens qui @@@@ que nous on méprise mais qui probablement @@@@ »

 

I : »D’accord, donc si j’ai bien compris par rapport à ce que tu disais par rapport aux États- Unis et ce qui se passe actuellement en France c’est que les gens ne vont plus forcément dans les hypermarchés ou quoi que soit mais vont plutôt dans les…  »

 

F : »L’hypermarché, c’est un modèle qui est depuis on va dire 10 ans souffre .Maintenant, il y a une vingtaine années les gens passaient 1H30 dans un hypermarché. Aujourd’hui, ils passent 4 min. Quand tu interroges les gens sur, qu’est-ce qu’une course plaisir et qu’est-ce que une course corvée ? L’hypermarché à Paris sort comme une course corvée.

 

 

 

MOTS CLÉS RECHERCHES:
Business de demain

Business de demain qui fonctionneront
La ville de demain
innovation
nouveau business

quelles sont les business de demain
les idées de business

  Vous avez aimé l'article? Inscrivez vous ci-dessous pour aller encore plus loin et recevoir de nombreux conseils et vidéos exclusifs.
auk1