interview de Sébastien Le Marketeur – Lancement Orchestré

Interview de Sébastien Le Marketeur – Lancement Orchestré

   

Interview de Sébastien Le Marketeur – Lancement Orchestré

Le marketing est l’un des piliers fondamentaux d’une entreprise.
Sébastien est un expert en marketing qui vous apprendra ce qui se fait de mieux actuellement dans le domaine.
Je vous le recommande les yeux fermés.
Il est également l’auteur de la formation à succès Séduire le Client
Au travers de cette interview, vous découvrirez :
– Le parcours de Sébastien Le marketeur Français
– Comment il vous aidera à faire exploser votre activité grâce au lancement orchestré
– Les 4 clés du succès
– Comment faire pour gérer vos peurs et vos doutes
– Les 2 conseils piliers à destination de tous les entrepreneurs

– Des recommandations sur la technique marketing du lancement orchestré

 

 

Ressource disponible: Le Lancement Orchestré

 

RETRANSCRIPTION SUR L’INTERVIEW de SEBASTIEN LE MARKETEUR – Lancement orchestré :

 

Interviewer :              Bonjour, je suis aujourd’hui avec Sébastien le marketeur français, donc Sébastien est un entrepreneur et un expert marketing très connu du web francophone notamment grâce à la technique du lancement orchestré . Ça fait plusieurs années que je suis Sébastien. Donc, je suis sûr que vous apprendrez beaucoup à son contact et notamment au travers de cet entretien.

Bonjour Sébastien.

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :                 Bonjour Alex.

Interviewer :              Bonjour, est ce que tu pourrais nous décrire rapidement pour ceux qui ne te connaissent pas encore ton parcours et tes réalisations ?

 

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :              Bonjour, je suis Sébastien marketeur français. Je suis à la tête d’une entreprise qui est le leader de la formation marketing en ligne pour les petites et très petites entreprises. Et donc, mon activité dans le  marketeur français conseille les entreprises pour démarrer le lancement de leur produit, de leur service et démarrer de préférence de façon explosive en utilisant une méthode qu’on appelle le lancement orchestré.

Interviewer :              D’accord, très bien. Donc, tu avais également une précédente entreprise qui était plutôt dans le coaching amoureux.

 

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :                Oui.

Interviewer :              Qu’est ce qui t’as fait décider de te lancer dans la voix de l’entreprenariat ?

 

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :              En fait, j’ai décidé de créer mon entreprise un jour où j’étais entrain – pour la nième fois du mois – de courir derrière un tramway pour aller travailler pour un patron.

Et c’est ce jour-là où je me suis rendue compte – la sueur au front – que je n’étais pas fait pour travailler pour quelqu’un d’autre, me conformer à l’agenda d’une entreprise qui n’était pas ma propre entreprise, ça ne me collait pas d’être salarié, d’être employé, et ce qui me fallait c’était : « être mon propre patron ».

Donc, c’est à ce moment là que j’ai dit, ça suffit, j’ai beau avoir.. Puisque à l’époque, j’avais le travail de mes rêves, c’était vraiment le job pour lequel j’avais travaillé pendant toutes mes études que j’avais rêvé d’avoir, dans la boite que j’avais rêvé d’intégrer.

Malheureusement, je me suis rendue compte, c’était au bout du quatrième mois, j’étais encore stagiaire, et on était entrain de me proposer un CDI, j’ai dit non merci pour le CDI, parce que je ne me sentais plus d’être salarié, et donc, ce qui me fallait c’était l’aventure de l’entreprenariat.

Alors, j’ai eu droit à pas mal de réticences de la part de mes proches à l’époque parce que je suis arrivé un beau jour en disant bon ben finalement, je ne vais plus travailler là-bas, j’avais un poste d’ingénieur en informatique, donc, un truc plutôt bien payé, j’ai dit finalement, non je ne vais pas travailler là-bas, je vais créer ma boite, et là j’ai eu droit à la question fatidique : une boite de quoi.. Et ma réponse était : « Je vais y réfléchir et je vous dis ça bientôt » (rire).

Donc, à l’époque je me suis donné un an, je me suis donné un an entier pour trouver un projet d’entreprise qui soit viable, et j’ai fait la promesse à mes parents parce que c’est eux qui me finançaient pendant cet axe de temps que si je n’avais pas trouvé quelque chose au bout d’un an et bien je retournerai c’était « UniLog » à l’époque l’entreprise en question.

Je retournerai là-bas à genoux pour supplier de retrouver mon poste, j’étais à peu près sûr de réussir là-bas puisque j’avais quand même un bon CV, c’est juste que je ne voulais plus bosser en tant que salarié, donc ça ne me servait plus à rien mon cv. Une fois qu’on essaie de lancer son projet, le CV, on peut le mettre à la poubelle.

Et donc, pendant cette année là. En fait, j’étais à la recherche de ce que j’allais bien pouvoir faire dans mon entreprise et un jour, j’ai eu ce moment où on se lève comme ça un matin. On se met une grande tape sur le front en se disant : « Mais pourquoi je n’y ai pas pensé auparavant ».

En fait, ça faisait quand même un bon moment que j’avais un site internet un blog qui s’appelait « Séduction by night » et sur ce blog, je racontais mes anecdotes parce que je suis un ancien timide, parce que quand j’ai décidé un beau jour que j’en avais marre d’être un timide, j’ai décidé d’aller faire plein de rencontres et dans l’année qui a suivi, j’ai abordé plus de 1000 personnes partout : Bus, au restaurant, dans les bars partout, j’allais discuter avec des gens que je ne connaissais pas surtout des jolies femmes puisque j’étais célibataire et j’ai raconté tout ça sur mon blog et en fait, au bout d’un moment, le blog en question a commencé à être plutôt connu puisque ben c’est intéressant, il y a beaucoup de gens qui se reconnaissaient dans mon histoire aussi : « Des timides ».

Et ce qui s’est passé, c’est qu’on a entretenu comme ça cette relation moi et mes lecteurs, et au bout d’un mois, il y’a des gens qui m’ont dit je suis comme tu étais il y’a deux ans, j’aimerais avoir tes conseils parce que je veux m’en sortir, j’en ai marre d’être timide, je veux trouver une copine, je veux une meilleure vie sociale.

Et ça m’a pris un bon moment pendant mon année un peu sabbatique avant de me rendre compte que c’était là qu’il y’avait mon premier projet d’entreprise, donc voilà. Mon année sabbatique, c’était 3 mois de vacances, logique.. Trois mois où je n’ai rien fait, trois mois où je me suis cassé la tête et ensuite, 6 mois où j’ai commencé à bosser sur cette idée de faire des ateliers, du coaching pour vendre… des ateliers de séduction, donc je me suis formé : « comment devenir formateur », « comment animer un atelier », « comment aider les gens à progresser », « comment faire du coaching », et c’est comme ça que j’ai développé ma première entreprise qui est une entreprise de ce qu’on appelle aujourd’hui, du coaching en séduction ou du coaching amoureux, à l’époque, ça n’avait pas de noms, parce qu’on n’était que deux en France à faire ça, et on n’a pas encore trouvé de noms.

Maintenant, il y’a des dizaines et des dizaines d’entreprises, mais la mienne parce que dans la première année, j’ai fait ce qu’on appelle un  lancement orchestré , et la mienne reste quand même un des leaders du secteur avec plus de 100000 abonnés sur notre mailing-list par mail avec trois millions de spectateurs sur notre chaine youtube, et ça tourne bien on va dire. Tout ça grâce à la technique du lancement orchestré.

 

Interviewer :               Et bien, ce sont des chiffres très impressionnants. Tout ça grâce au lancement orchestré … Qu’est ce qui à ton avis avec le recul, qu’est ce qui les principales clefs qui ont fait ton succès à ton avis ?

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :              Qu’est ce qui a fait mon succès… Je pense que un des facteurs principaux de mon succès c’est tout simplement que j’ai développé dès le départ dans mon parcours d’entrepreneur cette humilité qui consiste à dire j’aurais jamais tout appris tout compris et donc il faut que j’aille apprendre, il faut que j’aille nourrir mon esprit de tout ce que je peux trouver comme exemple comme conseil comme formation de personnes qui ont réussi et qui sont bien loin devant moi, qui étaient bien loin devant moi au début.

Je me suis rapproché petit à petit d’accord puisque ce n’est pas une course donc il y’a des gens qui sont très loin devant et on se rapproche petit à petit en suivant leur conseil, on marche dans leur pas, et c’est comme ça que j’ai réussi à me développer.

A l’heure actuelle et depuis le début, depuis ma toute première activité où j’étais micro-entreprise, c’est un peu comme ce qu’on appelle maintenant auto-entrepreneur, depuis ma toute première activité micro-entreprise où je faisais comme ça le coaching, mon budget numéro1.. Le budget numéro1 des dépenses dans mon entreprise, c’est la formation.

Je dépense plus à suivre des formations et à ma déplacer même pour aller au maximum, je suis des formations aux autre coins de la planète.

Je dépense plus en formation que dans n’importe quoi d’autre, parce que je crois fermement à ce proverbe qui dit de mettre dans notre cerveau les piécettes de notre porte monnaie, pour que notre cerveau puisse mettre des billets dans notre porte monnaie par la suite.

Donc, voilà, j’ai suivi beaucoup de formations, je me suis coaché, je cherchais des [mentors], je suis allé aux états unis, parce qu’il n’y avait pas trop de formations marketing en France par rapport à ce que je voulais faire.

Par exemple, à l’époque où je me suis lancé, il n’y avait personne pour enseigner comment on faisait pour lancer un produit. Donc, je suis allé apprendre tout ça et ensuite je me suis dit, je vais l’appliquer parce que ça ne sert à rien de juste avoir de la théorie, donc, j’utilisais la méthode « LALALA », la méthode « LALALA », c’est lire appliquer, lire appliquer, lire appliquer (rire). J’ai fait ça pendant des années et je continue à le faire et c’est ce qui fait que ça marche.

Interviewer :              D’accord. En tous cas ben moi je trouve, j’apprécie beaucoup pourra nourrir son esprit parce que c’est une des clefs principales de succès.

Dans ton parcours d’entrepreneur, de tes débuts jusqu’à maintenant, quel est pour toi ton meilleur moment, et ton plus pire souvenir ?

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :           Mon meilleur moment dans mon parcours d’entrepreneur… C’est une super question ça. Il y’a eu énormément de super-moments dans mon parcours d’entrepreneur, il y’a eu des moments avec des choses qu’on a réalisés, que j’ai réalisés dans mon entreprise quelques temps auparavant, elles m’ont paru comme infaisables.

Mon premier séminaire de 200 personnes, j’ai loué la Tour Effel une fois pour un séminaire, et ensuite, j’ai reloué la Tour Effel une deuxième fois puisque je trouvais que c’était sympa.

Il y’a une fois j’ai fait un lancement de produit, on a vendu 500 milles euros de produits en l’espace d’une semaine mais tout ça, ça reste pour moi secondaire comparé à un moment que je définirais comme le jour où j’ai ouvert les ventes de mon tout premier lancement, je faisais un lancement orchestré pour un produit que je n’avais aucune idée de ce que ça allait donner, je vendais un produit que je n’avais jamais vendu auparavant, qui était, en plus, plus cher de ceux que je vendais d’habitude et le jour où j’ai ouvert les ventes, j’étais crevé, j’avais passé la nuit à écrire la page de vente parce que je me suis rendu compte, la veille de l’ouverture des ventes du produit, que j’avais oublié d’écrire la page qui explique ce que c’est que le produit et qui a le bouton « acheter ».

Donc, j’avais passé toute la nuit à le faire, j’ai commis une erreur et dans ma formation j’ai dit jamais commettre cette erreur, c’est-à-dire d’ouvrir les ventes tôt tous les matins.

Quand on ouvre la vente pour un produit, il vaut mieux l’ouvrir en milieu de journée 11, midi, 13h, à la limite 14h, puisque ça permet le matin justement de palier aux problèmes de dernière minute et pas pendant la nuit à 3h du matin. Je ne savais pas ça à l’époque donc j’ai ouvert les inscriptions, je pense peut être à 7h du matin.

Donc, passer la nuit là-dessus, j’étais hyper crevé, j’ai ouvert les inscriptions et là, c’était pour moi un moment formidable parce que quand j’ai ouvert les inscriptions dans l’heure qui a suivi, j’ai vu j’ai commencé à voir des commandes en entrée, c’était sur mon compte paypal à l’époque.

Donc, j’ai commencé à voir 117 euros, 147 euros, 685 euros, des commandes comme ça selon le choix de paiement du client et dans la première journée j’avais encaissé 16000 euros de ventes. C’est plus que ce que j’avais fait pendant toute l’année d’avant.

Donc, c’était énorme pour moi. D’ailleurs , ces 16000 euros de ventes en une journée, ça s’était un moment mémorable, et sur la semaine, j’ai fait 25000 euros de vente, après depuis je suis aux anges, depuis je suis sur mon petit nuage, j’en suis toujours pas redescendu, alors que depuis, j’ai fait des choses qu’on pourrait considérer comme étant énormes, et qui pourraient normalement mettre dans l’ombre ce souvenir là, mais à l’époque c’était tellement important, ça a tellement changé ma vie de me rendre compte que ça marchait vraiment et que mon entreprise en utilisant cette méthode de lancer mes produits ou de juste dire ils sont là. Me rendre compte que mon entreprise marchait c’était une libération, donc ça s’était mon meilleur moment.

Après si tu veux parler des pires moments c’est une autre question, mais le meilleur moment, c’était ce premier lancement orchestré.

Interviewer :             Et que tu as fait grâce au lancement orchestré ?

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :                Oui, c’était mon tout premier lancement orchestré pour un produit, j’avais fait avant des vidéos, des séances de web conférence pour donner des conseils aux lecteurs, j’avais fait des articles sur le blog, j’avais vraiment essayé de créer un peu cette attente, cette envie en créant un événement et petit à petit faire monter la … Pas monter la pression au contraire, mais faire monter l’envie pour le produit. Donc, c’était un peu le point culminant, et ça a marché, ça a changé beaucoup de choses.

Interviewer :             D’accord. Très bien, et ton pire souvenir?

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :             Ben on va espérer que ça soit le pire de toute la vie. Mon pire souvenir en entreprise, ça n’avait rien à voir avec le côté marketing, du coup le pire souvenir, c’était en interne. Il y’a eu une époque où je me suis un peu surmené parce que j’étais à fond à droite à gauche, j’avais 10000 projets simultanément.

J’ai essayé de trop en faire, trop de choses, trop de produits, trop de formations, trop de… Développer les trucs, en plus j’étais dans une situation où je portais beaucoup de monde sur mon dos.

C’est-à-dire qu’il y’avait des gens que j’avais engagés qui étaient des amis qui travaillaient grâce au fait que je développais cette entreprise et donc leur subsistance venait de mon entreprise, mais ce n’est pas pour autant qu’ils  glandaient grand-chose.

Et du coup, ça me pesait beaucoup, et cette période là, c’était une période qui était très difficile, j’ai dû envoyer mon premier salarié justement qui était un ancien ami, ancien client et qui a passé 4 mois à ne rien faire.

En quatre mois de travail tout ce qu’il a fourni c’était un document Word pas fini, c’est un document de 3 pages qu’on lui a demandé et il l’a rendu pas fini au bout de 4 mois.

Donc, ça nous a coûté une fortune et puis surtout beaucoup de stress, ça s’était un peu le pire moment, et ce qui s’est passé justement après c’est que pour sortir de cette situation-là, j’ai simplifié tout, j’ai diminué le nombre de produits, le nombre de services, le nombre de personnes avec qui je travaillais, je me suis concentré sur ce qui me passionnait le plus et j’ai fait un lancement, j’ai fait un lancement orchestré pour mon livre et ça m’a permis un peu de changer l’atmosphère on va dire.

Interviewer :              Je te rejoins là-dessus puisque comme beaucoup d’entrepreneurs qui se lancent, l’un des moments les plus difficiles c’est lorsqu’on est obligé de virer son premier salarié. Je pense que c’est une chose qui marque et on apprend quand même beaucoup de ces expériences en tous cas je pense.

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :            Oui, ben j’ai retenu la leçon (rire) embaucher les amis et la famille c’est marqué en rouge sur mon front qu’il ne faut pas faire ça, donc voilà, il faut apprendre ! Il faut apprendre !

Interviewer :              Très bien. Sinon, ben bon comme tous les entrepreneurs, tu as de ton côté certainement étaient confrontés également à tes propres peurs, à des doutes, comment est ce que tu as fait pour les gérer et est ce que tu les as actuellement tous surmontés ?

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :                 Est-ce que j’ai surmonté toutes mes peurs et tous mes doutes, je ne sais pas si on peut dire que ça soit possible, mais si on peut dire que c’est possible, alors je pense que oui pourquoi, parce que maintenant je travaille dans un esprit beaucoup plus décontracté.

Au fil des années, j’ai appris une leçon par rapport à mon entreprise, cette leçon c’est que l’entreprise et moi, nous ne sommes pas la même personne, ça m’a pris du temps avant de le réaliser, l’entreprise, c’est une personne morale, elle a sa propre vie, elle vivra sa vie et mon but c’est qu’elle vive sa vie longuement mais pas forcément toujours avec moi du début à la fin.

Et donc, depuis que j’ai compris que moi et l’entreprise, on n’était pas la même personne, maintenant, je suis beaucoup plus heureux, parce que je peux être heureux dans ma vie, quelque soit la météo dans mon entreprise, et beaucoup d’entrepreneurs – je pense – tombent dans le piège dans lequel je suis tombé moi-même à mes débuts, qui est de s’identifier énormément à son entreprise :

Si l’entreprise a un souci financier alors on stresse, on s’arrache les cheveux, s’il y’a un client qui n’est pas content alors on ne dort pas de tout le weekend, s’il y a un concurrent qui s’installe sur le marché, alors, on ne peut pas aller au repas de famille parce qu’on est trop tendu, on a les larmes aux yeux, etc.

Là maintenant,  ce que j’ai réalisé c’est que imaginions que mon entreprise, le pire scénario, c’est quoi le pire scénario, c’est que mon entreprise ferme ses portes, j’ai deux entreprises. Imagions que mon entreprise ferme ses portes. C’est la vie, je fais autre chose, je pourrais recommencer à donner des cours de salsa, on va fonder une autre école de danse, j’ai des personnes avec qui j’ai travaillé par le passé qui seraient mais ravis de pouvoir travailler avec moi en individuel si je n’ai plus de boite, parce que j’ai créé un réseau.

Donc quand même j’ai un certain niveau de certitude par rapport à l’avenir, je sais que si demain je n’ai plus d’entreprise, je pourrais toujours… C’est aussi un avantage de cette méthode de lancement orchestré.

Je pourrais faire comme quelqu’un que j’ai interviewé récemment pour une étude de cas. Il me disait, ben voilà moi je sais faire un lancement orchestré, je ne me suis pas cassé la tête au début à voir mon propre site et une liste de produits, ce que je fais c’est que je fais un lancement orchestré pour d’autres personnes, je vais voir une entreprise qui a un mailing list, maintenant, je dis bonjour, je fais un lancement pour vous et ça va vous rapporter de l’argent.

Moi je sais qu’une fois que j’ai un savoir faire, je peux l’utiliser après dans d’autres contextes, j’ai un savoir faire en tant que prof de salsa, j’ai un savoir faire en tant que consultant pour faire du marketing, donc voilà.

Ça ce changement d’état d’esprit, je pense que ça serait un des conseils que je donnerai si quelqu’un débute dans son entreprise et qu’il est trop stressé par son activité, ça serait peut être ça des conseils le conseil numéro 1 que je donnerai : c’est de se rendre compte c’est que notre entreprise et nous, ce n’est pas la même personne, si l’entreprise meurt, nous on est encore en vie, et aussi de se dire si moi je ne suis plus là, faire en sorte que l’entreprise soit encore en vie parce que c’est une bonne démarche que de se dire si mon entreprise, je la structure de façon à ce qu’elle tourne au maximum sans moi quand mon équipe quand j’en ai une est indépendante ou que mon système soit autonome par exemple pour ceux qui sont l’internet.

J’ai mon site j’ai mon blog quand quelqu’un s’inscrit, il y’a un auto-répondeur, donc, ça envoie des mails automatiquement, la personne achète le produit, elle le reçoit automatiquement.

Y’a pas besoin de mettre les mains dans le [cambouis], si je structure comme ça, et bien premièrement ça me donne une certitude que l’entreprise peut vivre sans moi et deuxièmement ben comme l’entreprise peut vivre sans moi j’ai le droit de partir en vacances de temps en temps dans l’année, et ça, ça change tout.

Interviewer :             L’automatiser au maximum?

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :               Oui.

Interviewer :              Alors, si tu devais comparer tes débuts et maintenant, quels sont tes évolutions que t’as pu identifier en termes de croyance personnelle ?

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :              L’évolution entre mes débuts et maintenant, je dirai le premier point c’est ce que je disais tout à l’heure : passer de stressé à … pas distant, je ne suis pas distant dans mon entreprise, je suis vraiment dedans, je suis impliqué dedans, mais j’ai appris que ce n’est pas moi. D’accord ? C’est comme dans une certaine famille, il y’a de la tension, il faut réaliser que chacun a sa vie, l’entreprise a sa propre vie, je dirais que ça, ça était un des points fondamentaux.

Après quelque chose que j’ai appris et qui a fait la différence entre eux, quand mon entreprise avait beaucoup de mal au niveau financier et quand mon entreprise a bien marché, ce qui a fait la différence, c’est que au tout début comme beaucoup de personnes, j’étais concentré sur moi, mon atelier mon produit, je veux vendre mon produit sur mon site et quand j’ai mon premier lancement ce qui a fait la différence pour moi, c’est que j’avais enfin compris que ce qu’il faut, c’est se concentrer sur mon client, parce que c’est son besoin, son problème, son souci que j’aide à résoudre,  et une fois que je me concentre sur mon client, ben lui, il a envie d’acheter mon produit sur mon site, etc.

Et ça, ça était le point déclencheur, le passage, c’est là que j’ai grandi au moment où j’ai commencé à me concentrer sur le client.

Donc, si je vais conseiller un entrepreneur en 5 minutes en tant que conseiller marketing, qu’est ce que je lui donnerai comme conseil, je lui dirai numéro 1 : « être davantage à l’écoute de son marché », est ce que premièrement il y’a vraiment un problème et que mon client est conscient du problème, ça veut dire est ce que actuellement les gens dépensent de l’argent pour acheter un produit ou un service qui correspond à ce que je veux proposer, si la réponse est non, et bien ça ne sert à rien de faire ce produit, il faut faire autre chose, il faut faire ce que les gens veulent acheter et c’est là qu’on a un succès phénoménal.

Interviewer :              Ok. Alors, pour finir cette interview comment te vois-tu dans 10 ans et dans 20 ans ?

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :                Comment je me vois dans 10 ans et dans 20 ans, donc avec beaucoup moins de cheveux (rire) en dehors de ça, c’est pour ça que je les garde longs aussi longtemps que possible, j’essaie de battre le record de mon père. En dehors de ça, ben comme je disais, je vais continuer à enseigner, j’ai comme objectif aussi d’aider un maximum de personnes à utiliser cette stratégie de marketing de développement d’entreprise parce que pour moi c’est la face qu’aura le marketing dans le futur.

C’est ce qui vient, c’est ce qui va remplacer les anciennes façons d’assommer les clients qu’on avait en publicité. Et donc, j’ai envie de faire partie de cette évolution là parce que je pense que dans 10 ans, dans 20 ans, la méthode du lancement orchestré sera peut être enseigné dans les universités et j’ai envie de participer à ce mouvement qui dit : « Contribuez, apportez quelque chose d’intéressant avant d’essayer de vendre quelque chose et je pense que le jour où on gagne, il y’aura de profonds changements en dehors du marketing dans – un peu plus vaste dans la société si on arrive à convaincre les gens de ce principe là.

Donc, voilà ce que j’ai comme projet, voilà ma politique sur les prochaines 10 ans ou 20 ans.

Interviewer :              D’accord, très bien. En tous cas, merci beaucoup pour cette interview, et je sais que tu lances actuellement des formations de lancement orchestré…

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :             Oui, je donne des vidéos gratuitement sur mon site pour expliquer justement comment utiliser cette stratégie de lancement orchestré.

Interviewer :              D’accord, très bien, et bien je mettrai le lien de toute façon sous cette vidéo.

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :             Ok, je te remercie.

Interviewer :             Merci beaucoup à toi en tous cas, et puis c’était un plaisir de partager avec toi, sur ton parcours et sur la technique du lancement orchestré.

Sébastien Le marketeur Français – Lancement Orchestré :               C’était un plaisir pour moi aussi, à très bientôt, au revoir.

 

Si vous recherchez plus de ressources sur le lancement orchestré ou simplement comment faire un lancement orchestré efficace pour votre activité, vous pouvez visiter le site de sébastien sur http://lemarketeurfrancais.com/blog/

 

MOTS CLÉS RECHERCHES:

Sébastien le marketeur
Marketing pour entrepreneur
Marketing pour PME

Lancement orchestré

Sebastien Lancement Orchestré

Technique Lancement Orchestré

Marketing Lancement Orchestré

Comment faire un Lancement Orchestré
Marketing pour TPE
Lancement orchestré
Marketing internet
Marketing web

  Vous avez aimé l'article? Inscrivez vous ci-dessous pour aller encore plus loin et recevoir de nombreux conseils et vidéos exclusifs.
auk1