travailler intelligemment

Ne travaillez pas beaucoup, travaillez plutôt intelligemment

   

Il est facilement tentant de travailler beaucoup.

On se dit que plus on travaillera, plus on aura de résultats.

 

Plusieurs facteurs peuvent nous faire raisonner ainsi.

 

Cela peut être la pression, de vouloir faire « comme les autres », de se rassurer en se disant que plus on travaillera, plus l’entreprise fonctionnera.

 

En fait, c’est une mauvaise approche.

 

J’en ai fait les frais.

 

En y repensant, je travaillais vraiment beaucoup au départ.

Je travaillais plus qu’il ne fallait et je restais tard le soir.

 

Pourtant avec du recul maintenant, je m’aperçois que je n’étais pas productif.

 

Je faisais réellement des tâches qui ne servaient presque à rien comme trier, ranger, récupérer des noms de prospects dont je n’ai d’ailleurs jamais appelé …

 

Bref, je produisais, mais je n’étais pas efficace.

 

Je travaillais pour travailler et quelque part pour me rassurer moi même.

 

Cela me réconfortait de travailler et d’être au bureau jusqu’à tard le soir.

 

J’avais ainsi le sentiment de m’investir pour mon entreprise et ainsi me rassurer que je réussirai à force de travail et de persévérance.

 

 

En fait, j’avais tout faux.

La seule chose que j’ai gagnée à travailler ainsi a été de m’épuiser

 

 

C’était même au final contre-productif, car je repartais le lendemain au travail complètement épuisé par mon travail de la veille.

 

Du coup je prenais de mauvaises décisions et j’étais d’une humeur exécrable.

 

Je pense que c’est la peur qui m’a fait réagir ainsi.

 

À mes débuts, surtout durant la première année, je voulais prouver que je pouvais réussir.

 

Mais le problème, c’est que je ne travaillais pas pour réussir.

 

Je travaillais pour ne pas échouer.

 

Et lorsque vous commencez à travailler pour ne pas échouer, vous allez à la solution la plus facile et la plus réconfortante, à savoir travailler encore plus.

 

C’était pour moi, ma « zone de confort ».

 

Mais travailler plus n’a jamais fait réussir.

C’est le fait de travailler intelligemment qui vous permettra d’être réellement efficace et productif à bon escient.

 

Travailler intelligemment, c’est viser le moyen et le long terme et surtout vous consacrer à ceux qui rapportent le plus à votre entreprise.

 

C’est de réfléchir et prendre du recul à votre activité et ne pas avoir la tête dans le guidon.

 

Si vous êtes dans le cas où vous travaillez énormément et qu’au fond de vous même vous savez que c’est la peur d’échouer qui vous pousse à travailler ainsi.

 

 

Prenez un peu de recul sur votre activité et posez-vous réellement les bonnes questions :

 

  • Qu’est-ce qui est vraiment important pour mon entreprise ?
  • Quel est mon rôle principal et qu’est ce que je peux déléguer pour me dégager un maximum de temps ?
  • Comment je peux mettre mon temps à profit pour que celui-ci soit rentable et ait des répercussions durables et à long terme
  • comment je peux automatiser un maximum de tache afin de me dégager un maximum de temps.

 

Lorsque l’on est un jeune entrepreneur, on a tendance à vouloir prouver que l’on a la légitimité de tout faire et de faire mieux que les autres.

 

Or ce n’est pas la bonne démarche à adopter.

 

N’oubliez pas que même si vous êtes un jeune dirigeant, vous n’en restez pas moins le chef.

Et en tant que tel, il vous faut déléguer un maximum de tâche afin que vous puissiez réserver votre temps à la réflexion et à la stratégie de l’entreprise sur le moyen/long terme et non pas gérer que le quotidien au jour le jour.

 

Un chef surmené ne peut pas prendre de bonne décision.

Si vous êtes épuisé, vous n’aurez pas l’esprit suffisamment clair pour faire les bons choix et les bonnes orientations au bon moment.

 

Comprenez bien que votre rôle est de guider l’entreprise et de faire en sorte de vous libérer un maximum de temps tout en produisant autant ou si ce n’est plus que si vous travaillez beaucoup.

 

Pour ma part, j’ai compris tout cela, mais à mes dépens.

 

Au départ j’ai travaillé beaucoup, voire même énormément.

Mes efforts me conduisaient à des résultats si faibles en comparaison à l’effort que cela m’avait demandé.

 

Le fait de travailler énormément m’avait tellement épuisé que je ne m’étais pas aperçu que nous allions droit dans le mur.

J’étais tellement pris par l’activité et les aléas du quotidien que je ne me consacrais plus à la stratégie d’entreprise.

 

Il a fallu que j’arrive au bord du dépôt de bilan pour que je réalise que je ne travaillais pas de la bonne façon et que j’étais au final improductif.

 

C’est lorsque je suis arrivé prêt du dépôt de bilan que ma peur d’échouer s’est évaporée.

 

Bien que cela ne fût pas le cas, j’avais touché du doigt le fait que mon entreprise allait s’arrêter là.

 

La sensation que j’ai ressentie était une forme de soulagement mélangé à une forme de déception par rapport à la quantité de travail que j’avais fourni.

 

 

Pourtant après cela, je n’avais plus peur.

C’est un peu comme les montagnes russes.

Avant d’y monter la première fois, vous ressentez une forme d’appréhension et de peur.

Mais une fois que vous l’avez fait et que vous l’avez expérimenté, vous portez un autre regard sur les montagnes russes.  Vous aurez le sentiment d’être soulagé.

 

Pour moi, cela m’a fait le même effet pour mon entreprise.

Le fait de presque arriver au  le dépôt de bilan m’a enlevé la pression que j’avais.

Je n’avais plus peur.

 

Du coup, j’ai porté un autre regard sur mon entreprise et j’ai compris à ce moment-là quel était mon vrai rôle et que je devais automatiser et déléguer un maximum de tâche.

 

J’ai alors compris que mon vrai rôle était de diriger l’entreprise et non pas de travailler  dans l’entreprise, que je devais me consacrer à ce qui avait de la valeur et travailler à tout ce qui  rapporterait de manière pérenne, récurrente et sur le moyen et long terme.

 

Chose que j’ai faite.

 

Pour vous donnez un exemple, avant lorsqu’un nouveau collaborateur arrivait dans l’entreprise, je formais cette personne ou un de mes salariés formait le nouvel arrivant.

 

Cela nous demandait un temps considérable à chaque nouvel arrivant aussi bien à moi qu’à mes collaborateurs.

 

À chaque fois, nous devions expliquer l’entreprise, les spécificités du métier… etc.

Cela nous prenait du temps et de l’énergie que nous aurions pu investir sur autre chose.

 

Ce que j’ai fait pour changer cela, c’est que j’ai mis en place des modules de formations que nous avons enregistrées une bonne fois pour toutes.

 

Ainsi, à chaque fois qu’une nouvelle personne arrivait dans l’entreprise, nous n’avions plus à mobiliser autant de ressources qu’avant.

 

Nous lui donnions les modules de formations que nous avions enregistrées et nous débriefions à la fin avec lui pour nous assurer que tout était clair et répondre à ses questions.

 

Nous avons gagné sur tous les tableaux :

 

  • Nous avons gagné en qualité de formation (car nous avons fait en sorte de faire une excellente formation enregistrée et nous nous sommes réellement impliqués)
  • Nous étions sûrs que nous avions abordé tous les points importants (le fait que les formations sont enregistrées permettait d’être sur de ne rien oublier)
  • Le nouveau collaborateur assimilait beaucoup mieux que si nous nous étions mis à côté de lui pour lui expliquer (car il a la possibilité sur les vidéos de revenir sur les points qu’il n’a pas compris, et cela, plusieurs fois d’affiler s’il le souhaite. Alors que si nous lui avions expliqué cela directement, il n’aurait peut-être pas osé nous redemander de réexpliquer et aurait fait semblant d’avoir compris)
  • Nous avons gagné du temps et de l’énergie (tout étant automatisé, nous pouvions nous consacrer à d’autres tâches ou nous reposer)
  • Que nous prenions 1 ou 1000 personnes en plus, cela ne changerait rien à notre temps. Ne nous ne fatiguons pas à former 1000 personnes 1000 fois.

Nous avons enregistré la formation 1 fois et quelques soit le nombre de nouveaux collaborateurs qui arrive, nous économisons le temps de la formation tout en étant sur qu’ils seront qualifiés et qui auront eu la même qualité de formation et reçu le même niveau de formation.)

 

N’est-ce pas magique ?

 

 

 

 

Tout est dans la réflexion de votre travail.

Vous n’avez pas besoin de travailler fort pour réussir. Vous avez besoin de travailler intelligemment.

 

Posez-vous toujours la question suivante :

« Comment je peux faire plus, tout en travaillant moins ? »

 

Si vous suivez ce principe, vous gagnerez toujours du temps et de l’énergie.

 

Vous serez au final plus efficace et plus performant.

 

  Vous avez aimé l'article? Inscrivez vous ci-dessous pour aller encore plus loin et recevoir de nombreux conseils et vidéos exclusifs.
auk1